Conférence - 22 mai 2019

Appel à communications, conférence – Le Québec face à son Nord et à la gouvernance arctique

Appel à communications

LE QUÉBEC FACE À SON NORD ET À LA GOUVERNANCE ARCTIQUE

Organisé par l’Observatoire sur la politique et la sécurité de l’Arctique

L’hiver, la neige et le froid sont au Québec, comme dans l’ensemble du Canada, des éléments qui distinguent ces sociétés d’une grande partie du reste de la planète. Seuls les pays scandinaves, la Russie et quelques régions de haute altitude, comme l’Alaska, peuvent prétendre connaître l’âpreté d’un tel climat. Il ne s’agit là que des manifestations les plus évidentes d’un trait d’abord géographique, mais aussi culturel, urbanistique et social, de ce qu’il est convenu d’appeler la « nordicité » ou le caractère arctique. Comme le Canada, et chacun de ses trois territoires, le Québec peut, et a effectivement acquis une identité nordique et même arctique, qui se reflète dans sa culture et sa vie sociale et économique.

Bien que ce ne soit pas toujours reconnu explicitement, le caractère arctique est une composante importante de l’identité nationale et internationale du Canada, et elle se reflète dans plusieurs aspects de ses relations avec les autres États. Qu’en est-il du Québec, la seule des dix provinces à entretenir une activité internationale très significative? Si les dimensions linguistiques et culturelles des relations extérieures du Québec sont bien connues et indéniables, quelle place occupe le caractère nordique dans cette politique? Est-ce que l’identité nordique du Québec a un impact sur ses relations internationales? Est-ce qu’elle peut expliquer certaines orientations dans ses activités extérieures? En d’autres termes, serions-nous ici en présence d’une forme de «paradiplomatie identitaire arctique» québécoise? Quel rôle le Québec en tant que gouvernement sub-national peut-il assumer dans la région arctique?

Si certains chercheurs ont bien décrit la nordicité identitaire du Québec, on peut s’attendre à ce que celle-ci ait un impact sur certains volets de sa vie politique, urbanistique, économique, culturel voir même dans l’expression de ses relations internationales. Ce lien entre l’identité nordique du Québec et ses relations extérieures devrait, entre autres, s’exprimer dans ses choix de partenaires internationaux, dans ses priorités, dans ses motivations, dans son rôle, dans ses choix de dossiers et la façon de les traiter, dans ses positions diplomatiques, ses ambitions et ses stratégies et nécessairement dans la manière dont il se présente au reste du monde. Depuis quelques années, le Gouvernement du Québec a déployé un effort important pour se positionner en tant qu’acteur arctique significatif, nouant des liens avec des États souverains arctiques comme l’Islande par exemple.

Ce panel a pour objectif de pousser plus loin la réflexion sur le rôle politique, social, économique et diplomatique du Québec dans la région nordique. Cet atelier se penchera, sans être limité, sur les problématiques suivantes :

  • La construction de l’identité nordique et/ou arctique du Québec dans la société civile, les médias et l’opinion publique;
  • Une analyse et théorisation des activités internationales du Québec dans la région arctique;
  • Une comparaison de la politique arctique québécoise avec d’autres gouvernements sub-nationaux (Écosse, Groenland, Alaska, etc.);
  • Une analyse des possibilités et obstacles liés à la gouvernance arctique et aux actions des autres États nordiques;
  • Une schématisation de l’activisme d’acteurs non-traditionnels (compagnies, société civile, communautés autochtones) dans la gouvernance arctique;
  • Une analyse historique sur l’évolution de l’identité et des intérêts du Québec dans la région arctique

La date limite pour soumettre une proposition de communication est le 31 janvier 2019.

Soumettre une proposition de communication.