Photo
Colloque - 27 novembre 2014

Le soutien militaire aux autorités civiles

Perspectives croisées des acteurs de la sécurité publique

Il est généralement admis que l’effritement des frontières, la multiplication des échanges et l’accès à des technologies de l’information de plus en plus performantes ont profondément transformé le rapport des sociétés à la sécurité.

Le phénomène de la mondialisation a ainsi modifié :

  • la nature des enjeux – qui se sont complexifiés et transnationalisés;
  • la façon dont ils sont traités – par l’arrivée de nouveaux acteurs et de nouveaux arrangements institutionnels, notamment avec le secteur privé;
  • le travail des professionnels de la sécurité.

Ce contexte, conjugué à la récente crise financière, a bien entendu eu des effets très concrets sur l’institution militaire. Ils ont complexifié la planification des opérations, l’interopérabilité nécessaire entre les différents acteurs sur le terrain, ou encore les relations civilo-militaires. Les militaires occidentaux ont reçu, au fil des années, des mandats de plus en plus élargis – tant sur le plan national que dans le cadre de missions à l’étranger –, avec de moins en moins de ressources pour les accomplir. Mais qu’en est-il au Canada? Comment les militaires et les autres acteurs de la sécurité perçoivent-ils ces changements dans le cadre de leur pratique? Aujourd’hui, que signifie l’assistance militaire pour les autorités provinciales, municipales et pour les différents acteurs de la société civile ?

Cette conférence, qui réunit chercheurs, fonctionnaires, élus, militaires canadiens et différents représentants de la société civile, a trois objectifs :

  1. mieux comprendre en quoi le soutien militaire aux autorités civiles a évolué;
  2. le cas échéant, faire ressortir les problématiques auxquelles sont confrontés les différents acteurs de la sécurité dans l’exercice de leurs fonctions, notamment en matière d’interopérabilité;
  3. favoriser le réseautage entre les acteurs.

Pour ce faire, deux grands axes de discussions ont été prédéterminés, à savoir le soutien militaire lors de désastres naturels et de grandes catastrophes et la gouvernance en réseaux d’enjeux de sécurité publique. Une attention particulière sera aussi portée aux opérations dans l’Arctique et à la gestion des frontières terrestres et maritimes.

JEUDI, 27 NOVEMBRE 2014
8 h 45 ACCUEIL ET CAFÉ
9 h 15 MOT DE BIENVENUE
Stéphane Roussel
, directeur, CIRRICQ et professeur, ENAP
Colonel Stéphane Boucher, chef d’État-major, 2e division
9 h 30 ATELIER 1 – LES DÉFIS DU PLAN NATIONAL DE SÉCURITÉ CIVILE
Cet atelier introductif présente le Plan national de sécurité civile, de façon à mettre en exergue son fonctionnement général, sa portée, ses limites, ainsi que les défis auxquels il répond, et sera suivi d’une discussion sur les perspectives des différents intervenants.Présidence : Stéphane Roussel, directeur, CIRRICQ et professeur, ENAPSteve Boivin, chef d’équipe, direction des opérations, direction générale de la Sécurité civile et de la Sécurité incendie, ministère de la Sécurité publique du Québec
10 h 30 PAUSE
10 h 45 ATELIER 2 – CONSÉQUENCES SÉCURITAIRES ET RÉALITÉS DU RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE : UN AUTRE RÔLE POUR L’ARMÉE EN ARCTIQUE ?
L’accès maritime à l’Arctique est certainement la conséquence sécuritaire la plus connue du réchauffement climatique au Canada. Mais les militaires canadiens peuvent aussi être appelés à intervenir pour soutenir les autorités civiles de différentes façons dans le Nord comme ailleurs au pays. Ce panel s’intéresse aux différents rôles endossés par les militaires canadiens dans ce nouveau contexte ainsi que sur les différents bilans des Opérations NANOOK.
Présidence : Joël Plouffe, chercheur, CIRRICQPhilippe Hebert, directeur de l’Élaboration des politiques, bureau du Sous-ministre adjoint, ministère de la Défense nationale
Benoit Ladouceur
, candidat à la maîtrise, ENAP-Glencore
12 h 15 DÎNER
13 h 30 ATELIER 3 – LE SOUTIEN MILITAIRE AUX MUNICIPALITÉS EN CAS DE DÉSASTRES NATURELS ET DE GRANDES CATASTROPHES : LIMITES ET LEÇONS APPRISES DES INONDATIONS EN MONTÉRÉGIE
Cet atelier a pour objectif d’aborder la gestion multiniveaux entre les autorités municipales, la sécurité publique provinciale, ainsi que le soutien militaire du fédéral en cas de désastre naturel ou autres. Nous étudierons le cas spécifique des inondations de 2011 en Montérégie, en recevant des représentants des différents secteurs qui viendront témoigner de leur expérience, et le cas échéant, des leçons et des apprentissages qui en ont découlé.
Présidence : Rémi Landry, chercheur associé, CIRRICQ Colonel Stéphane Boucher, chef d’État-major, 2e division
Steve Boivin
, chef d’équipe, direction des opérations, direction générale de la Sécurité civile et de la Sécurité incendie, ministère de la Sécurité publique du Québec
Christine Savard, directrice régionale de la Sécurité civile et incendie de la Montérégie et Estrie, ministère de la Sécurité publique du Québec
Michelle Chabot, coordonnatrice du schéma de couverture de risques en matière de sécurité incendie, MRC du Haut-Richelieu
Benoît Lanciault
, chargé de projet informatique, MRC du Haut-Richelieu
15 h PAUSE
15 h 15 ATELIER 4 – LA GOUVERNANCE EN RÉSEAUX EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ FRONTALIÈRE
Les menaces posées par des problèmes liés au trafic de drogue, d’armes ou de personnes peuvent, selon les pays, relever autant de la responsabilité de la sécurité publique que des forces militaires. Certains États, comme la France, l’Australie et les États-Unis, font même une place de plus en plus grande à leur institution militaire dans la gestion des enjeux transnationaux et frontaliers (mobilisation de la défense en matière de surveillance, utilisation des infrastructures militaires dans la lutte contre le trafic de drogue et l’arraisonnement d’immigrants illégaux, etc.). Mais qu’en est-il au Canada? Si la législation restreint le champ d’action de ses militaires, le Canada fait pourtant face aux mêmes enjeux. Cet atelier explore les différentes dimensions de la gouvernance en réseaux des enjeux de sécurité transnationale, en s’interrogeant sur les innovations et les différents partenariats élaborés en réponse à ces questions sécuritaires.Présidence : David Morin, directeur de recherche, CIRRICQ et professeur, Université de Sherbrooke Michael Hanigan, sergent et enquêteur senior à l’Équipe intégrée sur la sécurité nationale de Montréal, Gendarmerie royale du Canada
Mario St-Denis, agent de renseignement, Agence des services frontaliers du Canada
17 h CLÔTURE ET RÉCEPTION

Télécharger le résumé

Stéphane Roussel

Stéphane Roussel

Directeur de recherche
Professeur, École nationale d'administration publique
Rémi Landry

Rémi Landry

Chercheur associé
Professeur, Université de Sherbrooke
Joël Plouffe

Joël Plouffe

Chercheur
Doctorant, École nationale d'administration publique
David Morin

David Morin

Directeur de recherche
Professeur, Université de Sherbrooke
Le soutien militaire aux autorités civiles
Quand ?27 novembre 2014
Où ?

École nationale d’administration publique

4750, avenue Henri-Julien, Montréal, Local 4037

À 2 minutes des métros Laurier et Mont-Royal (ligne orange)

Accessible aux fauteuils roulants

CoûtGratuit
Partenaires de l'évènement