Page couverture - Politiques étrangères
Chapitre de livre - 8 août 2011

Géopolitique d’une stratégie arctique canadienne

Joël Plouffe, In Karine Prémont (dir.), La politique étrangère des grandes puissances. L'impossible convergence des intérêts. Québec: Presses de l'Université Laval janvier 2011
La politique étrangère du Canada en Arctique est à la croisée des chemins. Avec la fonte des glaces, l’augmentation des activités humaines dans le Grand Nord et l’intérêt international grandissant pour la région, Ottawa est appelé à repenser sa relation avec l’Arctique et le monde. Née d’une relation étroite avec les États-Unis en matière de sécurité et de défense continentale commune, la dimension nordique de la politique étrangère du Canada se précise avec la fin de la guerre froide alors qu’Ottawa cherche à intégrer le Canada dans l’univers circumpolaire. Tout en mettant de l’avant une approche fondée sur la coopération internationale – notamment par l’entremise du Conseil de l’Arctique –, trois contraintes conditionnent l’approche canadienne et influencent le comportement du Canada dans la région: l’éloignement du Grand Nord (Far North) des marchés du Sud, l’immensité d’une frontière septentrionale méconnue et les coûts très élevés liés à l’occupation du territoire. Ce faisant, Ottawa privilégie nécessairement un discours reposant principalement sur l’intégrité territoriale du pays en Arctique. Aujourd’hui, avec la mutation en cours, la politique étrangère du Canada doit prendre la mesure des enjeux inédits et des intérêts de tous les acteurs concernés par la fonte des glaces. Ce chapitre propose un survol géopolitique de la stratégie canadienne dans la zone arctique depuis la Seconde Guerre mondiale à aujourd’hui.
Joël Plouffe

Joël Plouffe

Chercheur
Doctorant, École nationale d'administration publique