Économie et commerce

11 février 2014

2014 : une année d’action au GERIQ

Le GERIQ qui a fêté son premier anniversaire d'existence le 1er novembre passé se renouvelle cette année forte d'une équipe dynamique. Elle a d'ailleurs déjà mis les mains à la pâte pour offrir une foule de nouvelles activités qui faciliteront l'étude et la compréhension des relations internationales du Québec.
Article scientifique - 25 juillet 2021

Les négociations commerciales entre le Mercosur et le Canada : processus et enjeux

Stéphane Paquin, Edison Rodrigues Barreto Junior, Interfaces Bresil Canada, 2021, 34p.
Depuis 2018, le Canada et les pays du Mercosur négocient un accord de commerce de nouvelle génération. Cette négociation commerciale n’est pas sans défis. En effet, il s’agit d’une négociation entre une fédération (le Canada) et un regroupement de pays (Mercosur), dont deux fédérations, qui ont leurs propres logiques de négociation. Les relations commerciales bilatérales entre le Canada et les pays du Mercosur sont modestes. Les exportations canadiennes totalisaient 2,3 milliards de dollars contre 6,6 milliards pour les exportations des pays du Mercosur. Dans le cas du Canada, il est loin d’être certain que les agriculteurs sous gestion de l’offre en matière agricole, tout comme plusieurs premiers ministres provinciaux, accepteront des concessions en matière agricole pour un meilleur accès au marché des pays du Mercosur. Du côté du Mercosur, c’est le secteur industriel, notamment au Brésil et en Argentine, qui a tendance à résister aux concessions. Contrairement au Canada, l’intérêt stratégique de l’ensemble des pays du bloc converge vers l’ouverture du marché agricole. L’objectif de cet article est d’exposer de manière comparée les intérêts des pays du Mercosur, avec un accent sur le Brésil, et du Canada dans le cadre de ces négociations commerciales. Il cherche également à décrire comment se déroulent les négociations afin de mieux comprendre la dynamique en place
Livre - 18 mars 2021

La mondialisation : une maladie imaginaire

Stéphane Paquin, Presses de l'Université de Montréal, 2021, 64 pages.
Depuis une trentaine d’années, on a tendance à amplifier, parfois grossièrement, la portée de la mondialisation et à en déformer la réalité. Selon plusieurs, l’accélération de la mondialisation conduit à l’avènement d’un monde « sans frontières », exacerbant la concurrence entre les nations. Ces critiques face à la mondialisation sont-elles justifiées ? C’est en examinant les données sur la performance économique et sociale des pays sociaux-démocrates et libéraux, en décortiquant la situation de l’emploi et en expliquant les inégalités qui y sévissent que nous pouvons cerner la portée de la mondialisation dans nos vies. Les conclusions sont claires : l’État-providence est bien vivant et la social-démocratie est toujours le modèle économique et social le plus performant.
Notes de recherche - 25 février 2021

Favoriser les relocalisations industrielles au Québec par le biais des politiques publiques: premier aperçu et feuille de route

Hubert Rioux, Stéphane Paquin, Robert Laplante et Gilles L. Bourque, Institut de recherche en économie contemporaine, 2021, 61 pages.
L’un des principaux défis des décideurs gouvernementaux comme des dirigeants d’entreprise à la suite de la crise du COVID-19 sera de renforcer la résilience du tissu industriel québécois en proposant des mesures de relance et de gestion des chaînes d’approvisionnement notamment axées sur la relocalisation des activités manufacturières et la substitution des importations. Cette première note de recherche s’inscrivant dans le cadre d’une étude partenariale financée par le Conseil de recherche en science humaines du Canada (CRSH) et regroupant l’IREC, le Groupe d’études et de recherche sur l’international et le Québec (GÉRIQ), puis la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), son objectif est de défricher quelques pistes de réflexion susceptibles de permettre l’élaboration d’une feuille de route pour les secteurs les plus touchés par la crise du COVID, dont l’aérospatiale et le matériel de transport, le pharmaceutique et l’équipement médical, l’agroalimentaire et le textile. Au courant de la prochaine année, un travail de défrichage majeur sera entamé afin d’évaluer la situation actuelle du Québec en matière de délocalisations industrielles et d’internationalisation des chaînes d’approvisionnement manufacturières. Cette note sera donc suivie de plusieurs autres.
Chapitre de livre - 18 février 2021

Chapitre 1. Le tournant macroprudentiel en Europe : un paradigme en chantier

Claude Dostie Jr, Stéphane Paquin, sous la direction de Patrick Hassenteufel et Sabine Saurugger, Les Politiques publiques dans la crise, Presses de Sciences Po, Paris, 2021, pp. 37-59.
Il y a beaucoup de vérité dans les constats indignés de ceux qui prétendent, encore aujourd’hui, que rien n’a vraiment changé en matière de réglementation financière depuis la crise de 2007-2009, notamment dans le domaine bancaire. À l’instar des tenants de la continuité dans les politiques publiques, on remarque, tant à gauche qu’à droite, que plusieurs banques sont encore too big to fail, et jouent toujours un rôle prépondérant dans le système financier. Ces arguments sur l’insuffisance des réformes mises en place depuis 2009 sont habituellement doublés, plus ou moins automatiquement, d’un constat fataliste sur l’instabilité inhérente des marchés financiers et sur notre incapacité à réguler la finance autrement que par des mesures drastiques.

Dans les médias

TOUTES LES INTERVENTIONS
4 juin 2021

L’importance des relocalisations industrielles

Le Devoir - Au cours du printemps 2020, la nécessité d’une stratégie de relocalisation des chaînes de valeur industrielles et de substitution des importations s’est vite imposée dans le débat public. La pandémie a révélé des faiblesses majeures dans les secteurs névralgiques du matériel médical, du pharmaceutique, puis de l’agroalimentaire.
27 mars 2021

Le pessimisme de gauche

Le Devoir- entrevue réalisée avec Louis Cornellier Ce système, faut-il le rappeler, accepte de jouer le jeu du capitalisme, en reconnaissant son efficacité économique et son parti pris pour la liberté individuelle, à condition qu’il s’accompagne d’un solide filet social visant à réduire les inégalités engendrées par le libre marché.
21 décembre 2020

Le Québec s’éloigne de son objectif

La Presse + -entrevue réalisée avec Jean-Thomas Léveillé Le Québec s’éloigne de ses objectifs de réduction d’émissions de gaz à effet de serre. Les données les plus récentes publiées lundi démontrent que la hausse des émissions a été plus importante que prévu en 2017, surpassant largement la faible réduction enregistrée en 2018. Et le ministre de l’Environnement ne prévoit pas de baisse significative à court terme.
14 septembre 2020

Est-ce que la relance verte est une priorité?

Zone économie, Radio-Canada - entrevue réalisée avec Gérald Fillion
École d'été - du 23 août au 28 août 2021

Commercer dans un monde multipolaire

Université d'été sur la pratique du commerce international
L’école d’été est organisée conjointement par l’École des sciences de la gestion de l’UQAM et l’ENAP. Elle est dirigée par les professeurs Benoît Chalifoux (ESG-UQAM) et Stéphane Paquin (ENAP). Elle fait également l’objet d’un partenariat avec l’Organisation internationale de la francophonie et est reconnue maintenant internationalement.
Lancement - 18 mars 2021

Publication de « La mondialisation : une maladie imaginaire »

Depuis une trentaine d’années, on a tendance à amplifier, parfois grossièrement, la portée de la mondialisation et à en déformer la réalité. Selon plusieurs, l’accélération de la mondialisation conduit à l’avènement d’un monde « sans frontières », exacerbant la concurrence entre les nations. Ces critiques face à la mondialisation sont-elles justifiées ? C’est en examinant les données sur la performance économique et sociale des pays sociaux-démocrates et libéraux, en décortiquant la situation de l’emploi et en expliquant les inégalités qui y sévissent que nous pouvons cerner la portée de la mondialisation dans nos vies. Les conclusions sont claires : l’État-providence est bien vivant et la social-démocratie est toujours le modèle économique et social le plus performant.
Lancement - Septembre 2020

Publication de « La crise climatique à l’aube d’un monde incertain »

La crise climatique à l’aube d’un monde incertain dresse un état des lieux du monde pré-COVID-19 que nous venons de quitter et offre des clés de compréhension des principaux enjeux climatiques et énergétiques actuels. Il analyse les bouleversements dans l’économie politique mondiale générés par les mesures de réduction des émissions de GES et passe en revue les objectifs de l’Accord de Paris, la montée des énergies renouvelables, la détérioration de l’environnement d’affaire des industries fossiles, la mise en place de grandes politiques publiques et les nombreuses incohérences et incompatibilités entre les engagements politiques et les réalités sur le terrain.
- 15 janvier 2020

Le Brexit vu du Québec – Considérations économiques, commerciales et sécuritaires

Hubert Rioux, Note de recherche, GÉRIQ, 2020, 77 pages

Spécialistes

TOUS LES CHERCHEURS

Hubert Rioux

Chercheur associé Chercheur postdoctoral Banting Fellow, École nationale d’administration publique
Stéphane Paquin

Stéphane Paquin

Directeur exécutif du GÉRIQ Professeur, École nationale d'administration publique